La différence entre une émotion et un sentiment

émotions

 

Il y a-t-il une différence entre une émotion et un sentiment ? Oui, il s’agit bien de deux choses différentes, qu’il est utile de distinguer.

Une émotion est une réaction physiologique, ne durant que 3 à 4 minutes maximum, permettant au corps de répondre de façon adaptée à un stimulus de l’environnement : le corps se met en tension, se mobilise énergétiquement pour agir ou fuir. L’émotion a une fonction bio-régulatrice, dès lors que la décharge de l’émotion permet au corps de revenir à son équilibre de base.

Il n’existe que sept émotions de base : la joie, la tristesse, la colère, la peur, la surprise, le dégoût et la honte.

Une émotion est une pure réaction du corps sans lien avec le mental. Cela n’a donc pas de sens de la connoter moralement en la qualifiant de positive ou de négative. C’est une énergie neutre. Il n’est même pas sûr qu’il soit juste de parler d’émotions « perçues comme agréables ou désagréables » car il pourrait être préjudiciable d’associer une émotion à quelque chose de négatif dès lors que l’on risque de la refouler plutôt que de l’exprimer (« ça ne se fait pas de pleurer ou d’être en colère »).

Une émotion pure est une réponse adaptée et justifiée face à un évènement extérieur (la peur en cas de danger, la colère face à de l’irrespect, la joie suite à un évènement heureux…), même si notre environnement social ne nous permet pas toujours de l’exprimer librement. Inhiber une émotion revient donc à censurer une réponse qui était pourtant adéquate.

La façon « naturelle » de se libérer d’une émotion est de l’exprimer pleinement, en l’accueillant et en se laissant traverser par cette décharge d’énergie sans se crisper sur elle.

Quand la décharge ne peut avoir lieu pour une raison quelconque, l’émotion est refoulée dans le corps qui reste en tension. Le stress n’ayant pu s’évacuer correctement, va se cristalliser pour former des agrégats de plus en plus denses dans nos corps énergétiques.

Si les émotions sont une pure réaction physiologique, les sentiments, eux, sont une construction mentale. Il s’agit d’un état affectif d’ordre psychologique, même si un sentiment peut être le prolongement d’une émotion (par exemple : l’angoisse par rapport à la peur, la déception par rapport à la tristesse…).

Un sentiment peut être une combinaison complexe parfois composé de diverses émotions ou de manifestations d’émotions refoulées. Ainsi, si les émotions de colère et de peur n’ont pu s’exprimer, elles risquent de se retourner contre leur auteur sous forme d’un sentiment de culpabilité.

Dès lors qu’il s’agit d’une élaboration psychique, un sentiment peut persister en dehors de tout stimulus extérieur et pourrait perdurer des années s’il est entretenu.

A l’inverse d’une émotion, un sentiment se renforce quand il est ressassé. En cas de sentiment douloureux, il est donc important de ne pas le renforcer en l’exprimant « simplement » comme on le ferait pour une émotion, sous peine de l’ancrer plus durablement.

La seule façon de s’en libérer est de démêler les différents nœuds émotionnels et affectifs constituant le sentiment, ce qui passe en premier lieu par la reconnaissance de leur existence. D’une part, il y aura les réelles émotions à l’origine du sentiment, qui devront être ré-exprimer corporellement, de façon à s’en libérer définitivement. Et d’autre part, il y aura les constructions mentales auxquelles leur auteur devra se « désidentifier » et  dont les mécanismes devront être décodés. Comme pour la guérison d’une blessure émotionnelle, ce processus peut justifier d’être aidé par un professionnel de l’accompagnement.

Didier de Buisseret

 

46 thoughts on “La différence entre une émotion et un sentiment

  1. Pingback: Accueillir la jalousie. Découvrez comment se libérer d'un sentiment

  2. runcomo

    Le sentiment n’implique pas une réaction manifeste du sujet. Un sujet peut en revanche être ému, c’est à dire dans un état émotionnel, suite à l’accumulation de sentiments.
    Autrement dit, le sentiment c’est l’émotion à l’étape de la pensée, pas encore extériorisée.

  3. Hildegarde

    La lecture de cet article m’invite à accueillir mes émotions sans interprétation, sans jugement, sans ….
    C’est.
    Het is gelijk het is, nu.
    Invitation à me “cautionner” dans tout vécu.
    Merci

  4. sylviane Bagot

    Merci pour cette publication qui va m’aider à mettre en place un projet dans mon école sur l’expression des émotions et des sentiments.

    1. gautier

      merci.se tourner vers les anges gardiens peut-être utile d’ailleurs ,le domaine des miens m’amène à être sur cette page.le 1er son domaine est le physique et la création-le 2ième , les émotions et les pensées-le 3 ième, l’intélect et les pensées.Faire la différence entre émotion et sentiment peu m’amener à mieux comprendre pour mieux l’appeler.demandez et vous recevrez-cherchez vous trouverez.

    1. Didier de Buisseret Post author

      On considère généralement qu’il y a sept émotions de base : la joie, la colère, la tristesse, la peur, la surprise, le dégoût et la honte. Je le mentionne dans l’article.

    1. Didier de Buisseret Post author

      Pas tout à fait. Les sentiments sont un mélange d’une ou de plusieurs émotions qui n’ont pas été complètement exprimées avec du mental. Par exemple, un reliquat d’émotion “peur” associé à des pensés peut se transformer en un sentiment “anxiété”.

  5. Blondeau

    Merci pour cet éclaircissement sur ma recherche de compréhension. Je commence à liberer mes émotions et j’apprends chaque jour à les ressentir dans mon moi . Un travail sur soi même qui demande beaucoup d’énergie et de force que je puise dans la méditation
    J’apprends à vivre consciemment ……
    Merci

  6. CB

    Clair et instructif. Merci pour ces éclaircissements, loin des définitions et articles “trop scientifiques”, avec des termes à la portée de tous. De belles “clés” pour se comprendre et comprendre les autres… Super !

  7. gilles miville

    Enfin je comprend la réel différence.
    C’est très clair et parfait comme explication.
    J’ai compris qu’il avait sept émotions.
    Alors combien es ce qu’il y a de sentiment?
    Gilles

    1. admin

      Il y a infiniment plus de sentiments que d’émotions de base. Je ne pourrais tous vous les nommer mais plusieurs dizaines certainement…

  8. petra Moons

    J’ai toujours pensée que les sentiments son lié a des pensées…..et que l’émotion et plus comme on mets un cachais sur un événement, par exemple…..le chat viens de mourir = on mets sur l’événement un cachais GRAVE/TRISTE…..
    Alors que chez un sentiment on pense plus sur un événement, par exemple……mon marie viens de me tromper = je commence a penser…..je pourrais lui faire si, ou je veut me séparée de lui…..donc on pense plus…
    EST CE BIEN LE CAS??

    1. admin

      Bonjour, pas tout à fait. L’émotion est une expression corporelle non contrôlée. Ce n’est pas moi ni mon mental qui décide si tel évènement va être perçu comme triste ou joyeux. Quant au sentiment, c’est le mental qui se greffe sur une émotion existante pour la complexifier et, effectivement, mentaliser l’émotion de façon plus ou moins consciente.

      1. José77

        Je ne sais pourquoi mais, je ne suis pas tout à fait d’accord. P-e cela me semble ambiguë, dans le sens que les émotions sont aussi une réaction synaptique neuronale suite à un stimulus extérieur donc mentales, non? Il y a les expressions corporelles non contrôlées comme les réflexes ou les divers langages corporels inconscients mais ce ne sont pas des émotions (du moins pas à ma connaîssance)… Je trouve intéressant ce que vous avancez sur tout au niveau chronologique ou temporel des deux notions. Alors, pouvez-vous m’expliquer comment un réaction synaptique comme une émotion ne peut deriver du mental? Merci

        1. Didier

          Pour que nos points de vue se rencontrent, peut-être devrions-nous faire une distinction dans le mental entre les différentes fonctions et parties du cerveau. Dans mon article, le mental recouvre le cognitif, présent dans la partie préfrontale du cerveau.

          1. José77

            Disons que l’on écoute une synphonie d’une dizaine de minutes dont les notes nous font sortir l’émotion de la tristesse et que ces notes viennent nous toucher à un tel point que 15 minutes plus tard nous ressentons encore la tristesse, chronologiquement le temps de duré est depassé pour une émotion selon votre texte. Passons en suite au rapport cérébral du lobbe frontal dont l’apport protéinique du message synaptique protéinique pourrait être actif surtout dû à la durée de persistence de l’émotion. L’émotion continue à l’être? Je ne sais pas pourquoi je sens un simplisme généraliste par rapport à cette différentiation. Cela me fait sentir limité et j’ai besoin de bien comprendre pour apprendre. Merci

  9. White tulip

    Bonsoir, merci beaucoup pour toutes ces explications, donc vous voulez dire que l’emotion est une expression corporelle momentanée, inconsciente suite à une excitation extérieure, si on arrive pas à l’exprimer correctement, elle peut durer dans le temps et elle se transforme en un sentiment qui représente une construction mentale approfondie (association entre emotion+idées), c’est un travail mental concient ? Merci d’avance !

    1. admin

      Pas tout à fait. L’émotion est involontaire (en ce sens qu’on ne la décide pas) mais elle n’est généralement pas inconsciente (en ce sens que l’on ressent l’émergence de l’émotion). Le sentiment (le résidu d’émotion sur lequel est venu se greffer du mental), lui, est issu d’un processus le plus souvent globalement involontaire et inconscient, même si une certaine prise de conscience du processus est possible.

  10. Alix

    Bonjour,
    j’écris actuellement ( écrivain amateur ) sur la communication constructive à la demande de mes lecteurs, sous forme de récits/romans justement pour faciliter la lecture et l’information à un maximum de monde.
    J’ai trouvé votre article ainsi que vos réponses ( aux commentaires postés ) vraiment intéressants, très percutants et un échange avec vous pourrait être je pense des plus enrichissants pour compléter mes connaissances, afin de poser les justes mots.

    Si vous le désirez, vous pouvez lire le Chapitre 1, en cliquant sur ce lien: https://1drv.ms/b/s!AmPjt9fGWOMrigq39sxrp2oFuKN_

    Dans l’espoir, d’avoir de vos nouvelles, je vous remercie encore pour ce bel article et vous envoies mes salutations distinguées.

    Alix Liban

  11. Vanhaesebrouck Béatrice

    Grand merci pour ces explications que vous nous donner avec tant de clarté ..
    je me reconnais dans certains et aussi des souffrances que mon Fils véhicule depuis tant d’années et qu’il en est venue à aller voir pas mal de médecins et spécialistes qui n’ont seulement n’y connaissent rien ..et qu’en plus se permette de lui demander à étudier sur son cerveau et lui insufler un gaz pour que celui çi lui Bloque des parties du cerveau afin de ne plus penser ni de vivres ces douloureuses situation d”une maladie qui s’appelle la ‘ D’Inoptit ..je ne suis pas médecin , mais proche de tout ce que nous pouvons véhiculer dans nos ésprits venant de nos sentiments et émotions qui peuvent êtres lié comme je l’ai vue dans vos articles d’explications ..
    Je vous suis en suis très reconnaissantes et en ferais part à mon fils dès que possible .. car en le massant toutes à l’h ..je n’ai senties que des Noeuds .. c là qu’est sont MAL .. MAL ètres également ..

    1. Didier

      Je dirais que la passion est un état amoureux qui peut générer des émotions mais qui n’en est pas une elle-même. C’est l’état présent dans le premier temps de la relation amoureuse, où l’on est en fait plus amoureux de la griserie que la relation nous procure que du partenaire lui-même.

  12. Fraisse

    très enrichissante clarifiant, … émerveillement, félicité, béatitude, allégresse, étonnement, sont donc des états ? , j’apprends par ailleurs que la joie est l’état naturel de l’être humain, peut-être s’agit-il plutôt de félicité, pour plus de précision ?
    immenses gratitudes pour tous ces développements de l’essentiel à être,
    et la gratitude, sensation corporelle qui vient lors d’une situation précise et disparaît, est-elle aussi classée comme un état, ou est-ce que toutes ces classifications théoriques des émotions ont un brin de patriarcat sous-entendant que le combat serait l’essence de la vie ?

  13. Michel Giguère

    Voilà une analyse qui amène une différenciation plus que nécessaire entre émotions et sentiments. Merci de l’avoir écrite et partagée. Si j’avais eu à écrire un texte explicatif sur ce sujet, il aurait été à peu de choses près plutôt ressemblant au vôtre, mais avec quelques nuances cependant. La différenciation entre le physiologique et le psychique est effectivement essentielle pour distinguer une émotion d’un sentiment, vous l’avez très bien exposé et ainsi cela facilite d’autant la compréhension.

    Toutefois, on dit qu’il y aurait apparemment sept émotions de base. Quand on fait une recherche sur Internet en consultant les sources crédibles, en effet c’est ce qu’on peut trouver comme information. Peut-on alors passer cela au crible de la différence que l’on vient de faire entre un besoin physiologique et un besoin psychique pour vérifier si ce sont bien des émotions qui répondent au critère physiologique (besoins fondamentaux du corps).

    En quoi par exemple, la joie participerait-elle à l’état d’équilibre du corps ? La joie est-elle vraiment une émotion, pousse-t-elle vers une action régulatrice ? A prime abord non. Est-ce la même chose pour les six autres émotions; la tristesse, la colère, la peur, la surprise, le dégoût et la honte ? Une analyse plus fine s’impose alors pour savoir si on peut classer ces réactions dans les émotions ou ailleurs. La colère, la tristesse et la honte ne correspondent pas au critère de l’émotion, je les exclurais d’emblée pour les placer dans les sentiments. Tristesse, honte et colère relèvent d’un fait psychologique, il y a toujours une raison ou explication liée à l’image de soi, qui incite à la tristesse, à la colère et à la honte. La peur et la surprise peuvent être regroupés dans une émotion de frayeur, réaction émotionnelle spontanée face à un danger perçu, c’est bien une émotion auto-préservatrice pour échapper à une mort prématurée. Le dégoût, dans son sens “nauséeux” correspond au critère de l’émotion, à ne pas confondre avec le dégoût en matière de goûts personnels.

    Y aurait-il d’autres émotions qui n’ont pas été nommées ? Je crois que oui. La faim, la fatigue, l’ankylose sont des sensations ressenties dans le corps et qui poussent à des actions correspondantes afin de maintenir le corps dans un état d’équilibre; se nourrir, se reposer, bouger. Ce sont donc des émotions, le corps émet un signal spécifique pour amorcer une action tout aussi spécifique pour laquelle l’équilibre fonctionnel du corps en dépend. Émotion = signal simple pour engendrer une action simple.

    Ainsi, il y aurait 5 émotions fondamentales : la frayeur, la nausée, la faim, la fatigue et l’ankylose. Mais alors, la joie où doit-on la classer ? Ce n’est pas évident, car ce mot “joie” évoque des états d’âme qui peuvent différer d’une personne à l’autre; enthousiasme, ravissement, émerveillement, satisfaction profonde, sérénité, euphorie etc. De fait les ressentis se limitent-ils aux émotions et aux sentiments ? Je crois qu’il y aurait un troisième type de ressentis ; les ressentis passionnels, non pas passion dans son sens amoureux, mais passion dans le sens “élan vital”, la vie qui veut vivre à fond l’expérience du vivant. La passion invite à s’élancer, elle est génératrice du mouvement qui crée l’aventure de la vie et qui remplit l’expérience d’exister. La passion est plus fondamentale que les émotions, elle passe toutefois par la fonction régulatrice des émotions pour pouvoir s’exprimer sans entraves, sans déséquilibres résultants d’émotions négligées et non abouties. Un corps équilibré et fonctionnel laisse naturellement passer la passion de vie qui le traverse.

    Voilà pour l’ajout que j’avais à exprimer, ce n’est en rien une critique de votre article que j’ai trouvé par ailleurs fort intéressant à lire, très pertinent et qui fait une distinction plus que nécessaire pour semer de la compréhension juste.

  14. christophe

    pas d’accord, selon moi c’est l’inverse qu’il faut faire:
    Le raisonnement et les sentiments se tiennent tous les deux par la main. Les émotions sont les manifestations ou les conséquences exacerbées de ce duo sentiments/raisonnement, lorsqu’il ne maitrise plus la situation.
    Les sentiments sont controlés par la raisonnement.Il est très important de faire vivre et fructifier ce duo sentiments/raisonnement, c’est lui qui améliore notre vie et notre bien être, surtout dans nos rapports avec les autres, c’est aussi ce qu’on appelle le charisme.

  15. Véronique

    Merci je trouve votre article clair et compréhensible intemporel, ça m’apporte un éclairage supplémentaire sur ma recherche actuelle et une aide aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Inscrivez-vous à la newsletter en laissant votre e-mail et recevez gratuitement le livret "Donner & Recevoir".

Inscrivez-vous à la newsletter en laissant votre e-mail et recevez gratuitement le livret "Donner & Recevoir".

Vous vous êtes enregistré avec succès