Au-delà du Masculin Sacré (2)

 

 

(Le début de cet article est ici)

Le Yin chez l’homme

S’il est important que l’homme reste connecté à sa puissance, il ne trouvera son équilibre qu’une fois qu’il aura également réhabilité sa part Yin. Le principe de complémentarité des polarités nous a montré qu’une prédominance excessive du Yang ne peut que faire glisser la force vers son côté obscur, aurait pu dire Dark Vador…

Pour de nombreux hommes, moins pour les jeunes générations, il est très difficile de contacter leur polarité féminine et d’être à l’aise avec elle. Ils ont en effet baigné depuis toujours dans un environnement ne donnant pas à l’homme la possibilité, voire la permission, de montrer leurs émotions ou leur fragilité. Ils ont parfois intégré la croyance que s’ouvrir à leur part féminine les rendrait moins virils, avec souvent la peur inconsciente d’un penchant homosexuel caché en embuscade. Pourtant, devenir plus Yin pour un homme ne rend pas moins Yang mais permet à ce Yang d’être plus riche, plus nuancé et, surtout, plus équilibré.

Il y a souvent de l’incompréhension – et de la colère – de la part des femmes pour qui le Yin est naturel, et qui conçoivent mal qu’il soit si difficile pour les hommes d’exprimer et de verbaliser leurs émotions, bref de simplement relationner… Et pourtant, à force de ne plus emprunter le chemin de leur intériorité, beaucoup d’hommes ne savent réellement plus comment faire. Ils ont en outre développé une réelle méfiance envers leurs émotions, vues comme une sorte d’inquiétante monture qui, dès qu’on lui laisse un peu de bride sur le cou risque de partir au galop jusqu’à s’emballer et échapper à tout contrôle. Ne sachant pas trop ce qui pourrait en sortir, ils jugent plus prudent de garder le couvercle bien fermé sur la boîte de Pandore. Tant que leur cœur restera pour eux-mêmes une terra incognita comment s’hasarder à l’ouvrir ?

Ce qui complique encore la tâche de l’homme en quête de son Féminin intérieur, c’est que les outils performant du Yang ne fonctionnent que très modérément pour le Yin : suivre avec rigueur et volonté une méthode ou une technique n’a jamais permis d’arriver à l’abandon et au lâcher-prise. C’est une toute autre langue dont il faut apprendre la grammaire, qui nous amène progressivement à lâcher le FAIRE pour simplement ÊTRE.

Si les pratiques spirituelles et de développement personnel sont une belle façon d’inviter l’homme à être plus en relation avec son Yin et à mieux l’apprivoiser, c’est encore au contact de femmes épanouies dans leur Yin qu’il y arrivera le mieux. En effet, rien de plus inspirant pour cela qu’une femme bien dans son Féminin Sacré, assumant pleinement ses belles qualités féminines avec la force et la tranquillité que lui procure la connexion à son Yang.

Cette femme, Jacqueline Kelen la définit comme « celle qui tend à l’homme un miroir et qui l’invite à se hisser jusqu’au plus beau, au plus rare de lui-même; celle qui lui murmure qu’il doit se mettre au monde et découvrir en lui cet être de lumière qu’il est fondamentalement ».

Puissent les femmes dépasser leur frustration, leur colère et leur déception – souvent légitimes – pour prendre conscience de leur rôle d’initiatrice de l’homme sur ce point. Une fois bien ancrées dans la confiance et la puissance de leur Yin, elles sentent ce qui est juste pour elle et pour la relation. Il ne leur est nul besoin de posséder une quelconque expertise ou de prendre les rênes de quoi que ce soit, il leur suffit de laisser irradier leur Yin, comme le résume si joliment Jean-Philippe Ruette (blog Au-delà des écrans) : « Intuitivement, les femmes sentent qu’elles ont en elles ce pouvoir magique de toucher, de transformer les hommes. Elles sentent que c’est à travers elles que les hommes peuvent avoir accès à une autre dimension d’eux-mêmes. Comme si elles détenaient la clé du cœur des hommes. Comment mieux jouer ce rôle d’initiatrice ? La seule chose que vous pouvez faire c’est de briller de mille feux, de rayonner intensément. A lui ensuite de décider ou pas de s’ouvrir à votre lumière, à votre amour qui transforme ».

Et puisse l’homme ouvrir son cœur et se laisser toucher par cette douce énergie du Yin dont la femme lui fait l’offrande.

Le Yin au cœur du Yang

Un homme dans son Masculin Sacré est donc avant tout connecté à la puissance de son Yang, au cœur duquel il a laissé s’épanouir une bonne dose de Yin. Il est donc bien présent dans son bassin, où est ancré son Yang, et également dans son cœur où son Yin pourra se développer. Cette ouverture au niveau du cœur est indispensable pour pouvoir accueillir l’amour de sa partenaire et permettre qu’une connexion véritable puisse s’établir (s’agissant plus d’une question de polarités que d’hommes ou de femmes, cette complémentarité peut tout aussi bien s’appliquer à des personnes du même sexe).

Ce double processus est parfaitement résumé par Jacques Ferber : « Il s’agit d’une part de la récupération de sa puissance virile dont l’homme pourrait être coupé, et d’autre part de l’ouverture au féminin, à la relation, à l’écoute, à l’ouverture du cœur, au lâcher-prise, à l’abandon. Il s’agit alors de combiner habilement la puissance virile, la force mâle, qui est celle du courage, de la vitalité, de l’audace, du lion sauvage, avec la relation qui est écoute, ouverture du cœur, sensibilité à l’autre. C’est donc un mariage du yang (principe masculin) et du yin (principe féminin), dont la notion de « présence » est peut-être la meilleure synthèse ».

Cette « présence » du Masculin Sacré pourrait se représenter comme un roc stable sur lequel le Féminin peut s’appuyer, comme des bras solides dans lesquels il est bon de s’abandonner en confiance.

C’est l’homme fiable et capable de s’engager, sur lequel on peut compter, par contraste avec l’homme immature qui, bien qu’arborant certains traits du Yang, reste sur certains points un « petit garçon ». Cette immaturité trouve généralement sa source dans une mésestime de soi, due à une faible connexion à ses ressources intérieures. Autrement dit, à un manque de Yin. Décidemment, rien ne semble pouvoir fonctionner correctement si les deux polarités ne sont pas présentes dans les proportions voulues…

L’homme dans son Masculin Sacré est ce guerrier dont la force tranquille est mise au service de la protection des siens. Il est ce socle auquel s’ancrer lorsque tout tourbillonne aux alentours, ce pilier solidement planté en terre et dressé vers le ciel autours duquel le Féminin peut enrouler sa danse.

Au-delà du Masculin et du Féminin Sacrés

Mais si les courants du Féminin et du Masculin Sacrés sont importants afin de retrouver un équilibre plus juste entre nos polarités, j’ai pourtant de plus en plus un sentiment mitigé à leur égard.

La tendance dans ces courants est de se retrouver en cercles non mixtes au sein desquels d’un côté les hommes redéfinissent leur Masculin tandis que de leur côté, les femmes célèbrent leur Féminin.

S’il est bon de se pencher un moment sur notre nature d’homme ou de femme, il ne me semble par contre pas sain de mettre trop de focus sur ce qui nous différencie au risque de donner l’impression d’un réel fossé entre les sexes, alors que ce qui nous rassemble est infiniment plus important que ce qui nous sépare.

A titre de comparaison, on a pu s’en rendre compte lors des navrants débats en France sur l’identité nationale, à trop vouloir se définir en tant que communauté, cela finit toujours par se faire par rapport aux autres et, finalement, en opposition aux autres.

Ces tentatives finissent toujours à un moment donné par recréer de la dualité, dans laquelle le Féminin et le Masculin finissent par être pris isolément l’un de l’autre, jusqu’à ce que l’équilibre de complétude constitué par leur interaction soit perdu de vue et qu’ils soient à nouveau opposés l’un à l’autre.

Une telle tendance est déjà fort présente dans divers courants masculinistes qui, démarrant d’une « réflexion sur la condition masculine », ont vite déviés en mouvements réactionnaires visant avant tout à défendre les intérêts masculins considérés comme menacés par les avancées féministes.

Même si ma réflexion reste évolutive à ce sujet, j’ai aujourd’hui le sentiment que ces courants du Féminin et du Masculin Sacrés constituent une étape nécessaire mais qu’il serait bon de voir comme transitoire.

Il me semble que la voie de l’unité et de la transcendance se situe au-delà du Masculin et du Féminin, lorsque chacun(e) parviendra à la complétude en expérimentant en lui-même les « noces alchimiques de la Lune et du Soleil », et prendra conscience que cette nécessaire complémentarité se situe tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de nous.

Didier de Buisseret

 

 

 

3 commentaires pour “Au-delà du Masculin Sacré (2)

  1. charrier jean-christophe

    Bonjour Didier

    C’est toujours un énorme plaisir que de te lire ! Quel bel article auquel je souscris complètement en particulier ta conclusion sur les courants du masculins et féminins sacrés qui séparent plus qu’ils ne devraient rassembler.
    Cette problématique m’interpelle particulièrement dans ce qui m’intéresse, à savoir le leadership. Cet équilibre a été dévoyé dans notre approche occidentale et tend à se rétablir avec des approches plus « humaines » et plus « conscientes » donc plus YIN comme le servant leadership par exemple. J’essaie de savoir comment aborder cette approche « énergétique » dans ce milieu très YANG des leaders et managers … A suivre donc !

    Amitiés.

    Jean-Christophe

    1. admin Auteur du post

      Merci Jean-Christophe, c’est sûr que dans le monde de l’entreprise, il y a encore de beaux rééquilibrages à réaliser 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *